KafouMag

09 avril 2019

Festival Liv Kafou, Trujy Judicaëlle Sully y sera

IMG-20190205-WA0003

Trujy Judicaëlle Sully est l'un des invités de la première édition de Festival Liv Kafou qui aura lieu dans ladite commune du 16 Avril au 1er Mai 2019 autour du thème: " Li  pou Transfòme".
Ancienne élève du collège Marie Régine, Trujy Judicaëlle Sully commence à faire fructifier sa muse très jeune, soit à l'âge de  19 ans en 2015, l'année où elle a publié son premier livre titré : " Plaisir du péché obsessionnel".

IMG-20190309-WA0050

Pour elle, l'écriture c'est une façon de vivre plusieurs vies à la fois tout en se laissant bercer par le plaisir des mots. Les écrits de Trujy dessinent la réalité sans maquillage. Elle ne passe pas par quatre chemins pour décrire les scènes sexuelles qui sont excessivement présentes dans son oeuvre qui compte ,en plus de l'ouvrage précité, un autre d'un titre très provocateur: "Au delà de l'orgasme".
Trujy Judicaëlle aura à animer des ateliers de lecture et elle signera ses livre dans le cadre dudit Festival.
Gabynho
leblancblondy@gmail.com

Posté par KafouMag à 01:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 avril 2019

Ban m ti bouda, yon fraz ki plen ak enèji

ti bouda 3

Lago kache, oslè, teke mab, marèl, kay, titato, wonn, tamtambe, plamen cho, mato, frèt, kay, flonn, monte kap, woule  sèk, machin bwa bale, estop, doumgaz ak flonn se kèk jwèt (timoun konn fè) nou te konn fè lè  nou te timoun. Nou sonje yo? Nan kesyon lago a, pou n al kache, gen kèk bout mi nou konn oblije monte. Pou flonn ak kap la tou, lè  li  kwoke  nou konn bezwen monte al dekwoke l. Nan moman sa yo pa toujou genyen nechèl, tiban oswa vye chèz ki disponib  pou fasilite monte a. Lè  konsa nou rele youn nan zanmi nou yo pou l vin ba  nou yon ti bouda.
Tibouda!!! Nou sonje bagay sa? 
Genyen yon makòn pwovèb ayisyen ki montre avèk ladrès  enpòtans bay lebra genyen. Bay piti pa di chich. Men anpil chay pa lou. Pise gaye pa kimen. Plen  lòt  toujou nou pa site. Pawòl sa yo, malgre  sajès yo genyen ladan yo, pa rive byen kuit nan sèvèl tèt chak grenn Ayisyen. Anpil nan nou rantre nan yon lojik sòti  tèt, pwòp ti tèt pa nou. Afè m bon ki mele dada m ak lòt  moun! Anpil fwa sa nou konnen ak mwayen nou genyen mete nou nan pozisyon otorite. Anpil nan nou sèvi  ak pozisyon sa a pou imilye, blaze, pase anba pye pwochen ki vin chèche lebra nan men nou. Nou sonje kijan sa te konn fèt nan lakou tant Selia? Lè kap nou kwoke, lè boul nou tonbe sou do kay ? Nou sonje sa nou te konn fè? Pi gran yo, sa ki gen plis fòs yo, sila yo ki te pi fò yo te konn bay ti piti yo "ti bouda". Anpil fwa lè  nou eseye monte nou pa kapab, nou rele yon lòt  epi nou di l : Ban m ti bouda".
Gabynho
leblancblondy@gmail.com

Posté par KafouMag à 17:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2019

Festival Liv Kafou, une grande première à carrefour

Du 16 Avril au 1er Mai 2019, le cercle de lecture et d'écriture Repérage organisera, au niveau de la commune de Carrefour, Festival Liv Kafou. Le thème de l'événement : Li  pou transfòme"

IMG-20190328-WA0011

"Lire c'est chercher le confort dans l'inconfort ; se murer dans l'inattendu ; s'aventurer dans l'incertitude labyrinthique de l'inexistence. Bref, c'est se prendre pour rien dans un tout relatif". Cette idée de J. Kendy Clermont éclaire de façon majestueuse le côté conscient du lecteur. Lire c'est donc prendre le recul pour se joindre parmi la foule tout en prenant conscience de son environnement. Être conscient c'est enclencher le premier pas vers le changement, vers la transformation. Sur ce, l'on peut clamer haut et fort que toute lecture est transformationelle. "Li  pou transfòme" c'est donc le thème de cette quinzaine de ribambelle littéraire à Carrefour qui aura à accueillir des poètes et écrivains venant de partout. Douglas Zamor ( Douz), Samuel Clermont, Tivens, Trujy Judicaëlle Sully, Fredjy Louis, Gabynho, Jeudi Inema, Billy Doré, Toly, Jessica Nazaire. De plus, plusieurs maisons d'édition et agences littéraires se mêleront de la partie question de permettre à chaque participant de sortir avec au moins un livre. Citons, entre autres : Éditions Floraisons, Zetwal edisyon, Librairie ambulante, Plume Agence Littéraire.
Exposition, foire, conférence-débat, projection, spectacle de rue sont les activités prévues dans le cadre de cet événement qui se déroulera sous les auspices du cercle de lecture et d'écriture Repérage. Pour plus d'informations concernant l'agenda du festival, un p'tit clic https://m.facebook.com/Lipoutransfome/?ref=bookmarks.
Gabynho
leblancblondy@gmail.com

Posté par KafouMag à 04:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2019

Inema Jeudi ap nan Festival liv kafou

Nan komin Kafou, sòti 16 Avril pou bout 1e Me 2019, Wonn Lekti ak Ekriti Repérage ap òganize Festival Liv Kafou. Inema Jeudi ap la!

IMG-20190328-WA0010

Jeudinema  se non vanyan ekriven-powèt Inema Jeudi ki fèt nan vil Jakmèl jou ki te 5 Dawout lane  1981 an. Jounalis seksyon kiltirèl televizyon nasyonal peyi Dayiti, Inema etidye Dwa, anplis li  se anplwaye C3 edisyon.
Nan zèv li, Powèt Jeudinema  totòt mo yo jouk li jwenn bon jan  nekta ki tounen lank. Lank k ap denonse move sisitasyon k ap brase bil  sosyete a.
M ap chache  yon peyi nan zantray 
Lonbray mwen 
[...]
Yon peyi san bouki san malis
Kote libète pa antòche
Gouyad legede, paj 21
Rèv ak refleksyon otè  a pwomenen sou yon makòn lòt  tematik. Chak grenn powèm li  se yon bay kou bliye pote mak sonje. Lektè a ka bliye ki jou l te li  men  kanta sa se sa, powèm nan ap kite mak li  sou kè l wè pa wè.
Ki moun ki ka li epi  pa pote mak ti pwezi a pandan tout lavi l
Loray s on kolonn bri  fele
M te kwaze nan manifestasyon 
Prèt pou trepase
Se pa alsiyis ki dènye nòt mizik
S on silans 
Mwen avè  w te fè
San powèm pou Castera youn pou Danbala, paj 52
Inema Jeudi, ekri plizyè liv ( Le Jeu d'Inema, Le temps des cerises, Gouyad Legede, Archelle, le poème de ton sein gauche, Krèy Bòbèch, San powèm pou Castera youn pou Dambala) epi  li  kontribye nan reyisit plizyè revi ( Do-kre-i-s, Demanbre ak lòt  ankò). Imema ap san pou san chè  san pou san zo nan Festival liv kafou.
Gabynho
leblancblondy@gmail.com

Posté par KafouMag à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2019

Une intro à la finance personnelle

IMG-20190321-WA0019

Il y a des mots que l'on entend souvent, sans savoir leur définition. Des mots que les gens à la radio et à la télé ne cessent de chanter. Des beaux mots que l'on utilise incorrectement pour paraître bien informé. Peut-être que l’on a une idée trop vague de ces mots. Par exemple.  "la finance", qui sonne bien, mais qui ne veut rien dire pour nous. Essayons donc de réduire cette lacune le plus que possible.
Comment faites-vous pour gérer votre salaire et faire en sorte qu’il dure le mois?
Comment arrivez-vous à forcer votre argent de poche à tenir toute une semaine, comme vos parents vous l’ont prescrit? Plus d’un répondront sans hésiter que ces exploits sont dûs à l'économie. Ils auront raison d’une part. L'économie est la science qui promeut l’allocation la plus efficace des biens, puisque ces derniers sont limités. D’autres part, la portée de l'économie est plutôt générale et globale. Dans ces cas précis, l’on se doit d’accorder ce crédit à la finance.
    
La finance est le domaine d'étude qui s'occupe de tout ce qui a rapport avec la distribution des biens et responsabilités dans l'espace et le temps. Elle a une portée personnelle. On la définit souvent comme l'art de la gestion de l'argent. On distingue deux types de finance: La finance personnelle, qui s'occupe de l'individu; La finance d'entreprise, qui s'occupe de la santé financière de l'entreprise, une personne légale. Nous allons nous concentrer sur la finance personnelle dans ce rubrique. 
    
La finance personnelle est le genre d'activité dans lequel nous nous engageons chaque jour inconsciemment. Dans une certaine mesure, elle est préprogrammée dans notre cerveau. L’on ne s’en rend pas compte, mais elle est automatisée et elle fait partie intégrale de notre quotidien. Quand le salaire rentre, il est divisé en plusieurs parties. Une partie s'en va aux responsabilités, dettes. Si vous êtes chanceux, il en restera pour épargner. Le marchand sait qu’il faut vendre à un prix supérieur pour faire du profit. Comment mieux utiliser ce profit pour en générer encore plus est parfois un mystère. Déterminer et augmenter sa valeur nette semble énigmatique. Malheureusement, le système éducatif a failli à son devoir de nous instruire là-dessus.  
Une bonne santé financière peut et doit être planifiée. Maintenant que la voile qui autrefois cachait la finance est en train de se lever, la marche à suivre pour améliorer et maintenir sa santé financière est accessible.
Stentave

Posté par KafouMag à 14:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 février 2019

Conjoncture: entre vie et mort d'un système

IMG-20190212-WA0048

Entre rien ou tout, la crise haitienne actuelle oscille aux alentours d'une vraie révolution ou à l'angle d'un zeste de changement aussi cosmétique qu'un vernis à ongles. Jovenel reste un signe minimal de la pointe de l'iceberg du système. Il est rien ou peut être une marionnette automate incapable de voir en sa présence une manifestation cyanurée de l'élite haïtienne. Seraient possibles deux possiblités dans cette échauffourée politique:
Primo, il y a la possiblité d'un pseudo-changement avec les bataclans prédisposés dans la constitution. Sans entrer dans les détails des schémas constitutionnels tracés en cas de vacances présidentielles, considérons la représentation que forment les institutions haitiennes dans la perception sociale. Loin d'être vraiment une perception, la réalité de fonctionnement de ces dernières est très distante à la notion de confiance. Le personnel existant et l'enchêvetrement de corruption araigneux que nous affiche la donne ne peuvent aucunement nous garantir une femme avec les yeux assez bandés pour un procès objectif et compétent. Donc, faire avec ce qui existe dans une réalité post-bananière, avec le même système, c'est hypothéquer à la base notre revendication existentielle : un vrai procès sur la dilapidation du fonds de petrocaribe. Il se pourrait qu'on ait un départ de Jovenel tout en nous maintenant dans l'océan tsunamique du système. Plus cruel que jamais. Et ce serait une défaite liée à l'amateurisme de ces nouvelles figures engagées dans ce processus de chambardement. Ne le souhaitons pas.
 
Deuxio, c'est la solution, pensé-je, la plus favorable à notré réalité. Laquelle solution nous ouvrira la voie vers une rupture avec la méfiance institutionnelle. Qu'on rase totalement la tête ! Tabula rasa ! Que rien ne reste ! Cette méfiance contagieuse ne peut être endiguée qu'à travers son éradication transversale dans tout l'appareil Étatique. Ce qui va estomper du coup ce lien corrupteur que développe le secteur dit privé avec L'État. Ce cas de figure est l'opportunité salvatrice des conséquences que puisse secreter cette crise actuelle. C'est notre salut. Les multiples institutions Étatiques, sans soutraire aucun des trois pouvoirs, sont incompatibles à la nécéssité de changer la situation des plus faibles. Celles-ci ne sont que le suintement d'une élite égoiste et raciste. 
Y a pas plus decevant que de s'adonner à une lutte sans être conscient de ses retombées. C'est ce qui me fait sourire à longueur de chacune de ces journées vérouillées. Je sais pertinemment que  les différents instigateurs bien intentionnés de cette lutte savent combien est urgente la nécessité  de cette rupture totale. Bref,  Malgré la force du système en présence, je reste foncièrement optimiste sur un début d'éradication du système qui commencera, tout d'abord, par le départ du président,Puis un chamboulement du système. On est entre le tout ou le rien.
J. Kendy Clermont 
clermontjk@gmail.com

Posté par KafouMag à 18:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 février 2019

Trouvez votre raison d'être

Vous avez un rêve ? Vous en êtes sûr que c'est oui? Réfléchissez bien. Gardez un peu votre calme. Regardez au fond de vous-même. Est-ce que vraiment vous

IMG-20190209-WA0030

vous sentez incapable de vivre loin du sillage de ce rêve ? Est-ce bien vrai que ce rêve vous appartient? Je vais vous dire une chose. Vous savez, souvent l'on arrive pas à matérialiser son rêve malgré tous les efforts déployés alors que la raison est simple. C'est que ce rêve là que l'on dorlote comme un bébé n'est pas le sien. C'est un rêve qu'on a volé à quelqu'un. X est médecin, il gagne très bien sa vie. Du coup on envie X et on veut être aussi médecin. X est artiste, il est connu. L'on est mordicus. Artiste ou rien. Souvent c'est rien. Fort de tout ce qui précède, j'ai une bonne nouvelle pour vous. Trouvez-vous votre propre rêve. Pour ce faire, il y a une étape à ne pas louper. Celle de trouver sa raison d'être. Votre pourquoi pour lequel vous êtes ici, au monde, dans ce pays, cette zone, cette famille, ce groupe. Oui. Vous devez trouver votre mission car le rêve en dépend grandement. Il faut que votre rêve soit le reflet de votre raison d'être. Quand ils sont concordants, il y a des signaux justificatifs. Vous allez vous sentir comblé. Vous aurez tout le temps une envie de faire mieux. L'idée de changer quelque chose vous pèse comme un gros poids sur le dos. Par dessus le marché, vous aurez un sentiment de bien-être après chaque action posée dans le sens du rêve et de la raison d'être. Vous aurez le sentiment d'être utile à quelque chose, lequel sentiment est indispensable au bien être psychologique.
Ainsi donc, vous avez un rêve ? Vous voulez le réaliser? Vous en êtes sûr que c'est oui? Réfléchissez bien. Gardez un peu votre calme. Regardez au fond de vous-même et captez votre raison d'être.
Gabynho

Posté par KafouMag à 06:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2019

Je suis Elva!

 « On l’a promis le paradis, mais elle a reçu l’enfer ». L'article 26 de la Déclaration des 
Droits de l’Homme

IMG-20190103-WA0002

stipule que toute personne a droit à l’éducation et que celle-ci doit-être gratuite; au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. Car, l’éducation, voyez-vous, est un outil puissant qui permettrait à des gens économiquement et socialement marginalisés de sortir de la pauvreté et d’être des citoyens à part entière. Toutefois, au-delà de l’accessibilité, le droit à l’éducation suppose également la réalisation d'objectifs d'apprentissage déterminés et l'offre d'une éducation de qualité supérieure adaptée aux besoins et capacités de chaque enfant. Ce qui exige, par ailleurs, que les enseignants soient bien outillés au regard des méthodes d’enseignement innovantes alliant les aspects pédagogiques purs à des moyens ludiques afin de susciter l’intérêt des enfants. Mais en Haïti,  nous constatons que la majorité des gens reste privée de la possibilité de bien s’éduquer; notamment à cause d'une implication lacunaire et limitée de l’Etat dans la dynamique éducative. Alors, puisque « plaider, c’est bander. Et convaincre, c’est jouir », je voudrais illustrer ma plaidoirie en vous contant l’histoire de cette jeune fille que vous connaissez peut être, si vous vivez réellement en Haïti: 
Belle, soucieuse, timide mais curieuse quand il le faut : tels sont les termes qui décrivent le plus fidèlement possible les facettes de sa personnalité. 
Elva n’a pas fait d’étude préscolaire. Et par faute de moyens financiers, elle n’est allée à l’école qu’à l’âge de neuf ans. Dès le début, elle eut un choc terrible en devant composer avec une langue dont elle n’avait jamais eu vent auparavant. Cette langue dite officielle, ou encore d’enseignement selon la volonté de l’Etat, n'est autre que le français. Un français qu’elle fut contrainte de maitriser coûte que coûte. Un français entendu pour la première fois de la bouche de professeurs pour beaucoup sans diplôme, ni compétences dans les sciences de l’éducation. Et c’est ce même français-là, verbes mal conjugués, adjectifs mal accordés, syntaxe mal formée, que la petite Elva passera toute son enfance à écouter. De plus, souventes fois, elle a été même livrée à des châtiments corporels, et ceci sans justification valable, quand ses professeurs ne reçoivent pas leur salaire à temps de l’Etat. Ne sont-ce pas là des actes de méchanceté, de violation des droits de la personne humaine ? A cela, je rappelle que l’éducation doit proposer un apprentissage nécessaire qui permet à une personne de développer sa personnalité, son identité ainsi que ses capacités physiques et intellectuelles, et non le contraire. 
Cette même Elva, tant bien que mal, est maintenant en classe de Terminale. Tôt déjà, elle commence à s’inquiéter sur son avenir troublant qui se dessine à pas lents. Elle sait bien qu'elle n'a pas pu amasser un fort bagage intellectuel ; et que son niveau de français, qui est perçu comme un critère de compétence dans ce pays, laisse à désirer. Et c’est alors que la nécessité des études universitaires vient faire son entrée. Vu sa situation, Elle n’a qu’une seule chance : l’UEH ou encore l’Université d’Etat d’Haiti. Encore un obstacle qui demande un plus grand effort; un effort de sur-étudiant-haïtien. Car, cette université, voyez-vous, demande à ce qu’on donne le meilleur de soi-même au concours d’admission alors que tout le système éducatif établi par l'Etat haïtien même est en lambeaux de la base à ses niveaux les plus élevés. De fait, ayant échoué au concours, Elva ne reçoit point d’encadrement de la part de l’Etat. Elle est livrée à elle-même telle une retardée intellectuelle irrécupérable. 
Grosso modo, le système éducatif haïtien est, je le dis souvent, un mangeur d’enfants, de rêves et d’avenir. Seulement 15% des enfants, généralement issus des écoles congréganistes, adventistes, et j'en passe, reçoivent une éducation de qualité. Fort de cela, Elva sait bien que ses parents n’ont pas les moyens de lui payer des études dans une université privée. Alors que faire? Se prostituer ? Accepter que sa dignité humaine soit bafouée ? Que faire ? Combien de fois n’avait-elle pas rêvé d'être médecin, ingénieure, ambassadrice, ou, mieux encore, une sorte de super défenseure qui sauvera le monde et protègera les faibles ? Je vous le redis, mais cette fois avec plus de certitude et les mots bien en gras: LE SYSTEME 
EDUCATIF HAITIEN EST UN MANGEUR DE REVES. 
Alors, Je suis donc venu vous passer ce message : « Si nous sommeillons un instant de plus au bord de la médiocrité qui bat la mesure, frémissons de notre réveil ; car, voilà bientôt nos vies menacées quand l’étendard de la révolte des ignorants flottera. Puisque là où règne la médiocrité se développe l’inaptocratie puis l’anarchisme. » 
Je suis Elva, l’Etes-vous aussi ? Si oui, je vous recommande d’améliorer la qualité de l’enseignement, de mettre en œuvre un plan de formation des enseignants valablement articulé et d’assurer la gouvernance du système tout en favorisant l’accès pour tous à l’éducation, la bonne, tant pour ce qui concerne les infrastructures, l'organisation et le contenu de la formation. Que l’éducation élève ce pays ! 
 
Fredjy, LOUIS.

Posté par KafouMag à 15:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 janvier 2019

TASS ou un très beau concert

   

IMG-20190128-WA0033

         
              LaTroupe Artistique Sociale et Spirituelle (TASS) de l'église Pentecôtiste par la foi a tenu sa promesse en gratifiant le public, présent au concert du dimanche 27 Janvier 2019 à la dite église, d'un très bon spectacle.
                     Accompagnée de quelques  autres groupes et artistes locaux dont l' Association des Jeunes Compositeurs Socio-Spirituels (AJCSS) , Emmanuela Jean Baptiste et Johana Casseus, la TASS s'est montrée à la hauteur de l'attente du public. Le tonnerre d'applaudissement qui a suivi ses différentes prestations souligne fort bien la satisfaction des fans. De leur côté, les  artistes invités ainsi que l'ACSS auraient été impeccables, n'était-ce pas le problème persistant de sonorisation tout au cours de l'événement.
                 "Le meilleur est à venir" , a fait savoir Payen David, le secrétaire général du groupe. En attendant, les supporteurs  de la troupe doivent tenir leurs souffles aux creux de leurs mains jusqu'au mois de juin pour la sortie... Surprise !
Gabynho

Posté par KafouMag à 23:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2019

AyitiEvent, pour tous vos renseignements sur les événements culturels en Haïti.

banner ig site ayiti event color jpg

En matière de renseignement sur les événements à caractère culturel qui se réalisent en Haïti, plus de casse-tête. Un clic et le tour est joué.
Tout projet qui aspire à la réussite doit comporter un haut degré d'innovation, laquelle innovation à la vertu de booster l'idée et de l'imposer comme modèle à suivre à la face du monde. 
Pour innovant, l'on ne peut demander plus à AyitiEvent. Cette structure se spécialise dans l'organisation et la promotion de façon numérique d'activités à caractère culturel.
C'est un projet à deux pôles, explique Jerry Dubréus, le manager de ladite structure. Tout d'abord, il y a la plateforme en ligne qui recense les différentes activités du genre Festival, Bal, Foire, concert, etc, enchaine -t-il. L'autre pôle est à la fois promotionnel et organisationnel dans la mesure où elle peut assurer la promotion sur demande de tout "Event" qui s'organise sur le terroir tout en , elle aussi, n'écartant pas la possibilité d'initier des événements.
Ainsi donc, manquer à une activité qui s'effectue au pays est quasi impossible. Un p'tit tour sur Google, un clic sur AyitiEvent, et vous êtes informés en temps réel.
 Gabynho

Posté par KafouMag à 04:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]